02:51

Mort médiatique

Obsèques de Jacques Chirac : Ali Bongo est soit « mort » ou « disparu » !


International
  • Ali Bongo a brillé par son absence aux obsèques de son « père spirituel » dimanche © 2019 D.R./Info241
Publié le 1er octobre 2019 à 12h56min

L’absence d’Ali Bongo hier aux obsèques de son « père spirituel » Jacques Chirac n’est pas passée inaperçue dans la presse française. Sur la première chaîne d’info de France, BFMTV, cette absence d’Ali Bongo et de certains chefs d’Etat africains dont il était dit proche, a même été assimilée à une « mort » sinon à leur « disparition » de la scène politique. Un commentaire qui n’est pas sans déplaire aux soutiens du président gabonais dont la « mort » et son effacement de la scène politique nationale continuent d’avoir des répercussions médiatiques à l’étranger.

Lire aussi >>> Ali Bongo rend hommage à son « père spirituel » Jacques Chirac décédé

Ali Bongo et ses soutiens se seraient bien passés d’une telle mauvaise publicité. Hier après-midi, lors de la cérémonie d’hommage à l’ancien président français Jacques Chirac, la chaîne de télé BFMTV a assimilé l’absence des « amis africains » de l’illustre disparu au fait que ceux-ci étaient soit morts ou disparus. Indexant nommément « Ali Bongo, le fils de Bongo » qui avait succédé à son père à la suite de sa mort en juin 2009.

Une allusion qui n’a pas manqué d’irriter Ali Bongo et les tenants de son régime. Rappelons que le « président gabonais » est depuis près d’un an absent de la scène politique nationale et totalement sur celle internationale. Ceci pouvant expliquer que pour la presse internationale qui ne l’a plus vu depuis son accident vasculaire cérébral, ait conclu tout bonnement à sa « mort » ou à sa « disparition ». Ali Bongo étant un grand habitué de la presse hexagonale.

Le court extrait de cette retransmission où le nom d’Ali Bongo est évoqué

Depuis cet incident, la presse gabonaise proche du régime de Libreville s’en donne à cœur joie pour donner des cours de journalisme à BFMTV et à ses commentateurs. Ce, alors qu’Ali Bongo s’était pourtant donné du mal à sortir de son absence médiatique en organisant le week-end dernier, sa première sortie officielle post-AVC dans son fief politique de Franceville.

Il semblerait donc que cette sortie Altogovéenne d’Ali Bongo n’ait visiblement pas convaincu grand monde. Notons qu’Ali Bongo qui, a préféré sécher les obsèques de celui qu’il a présenté comme étant son « père spirituel » en politique, a été représenté à ces obsèques par le secrétaire général de la présidence gabonaise et la présidente du Sénat.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile