03:43

Arrêté ministériel

Violence scolaire : le ministère de l’Intérieur veut « délocaliser » les débits de boissons


Société
  • Violence scolaire : le ministère de l’Intérieur veut « délocaliser » les débits de boissons © 2019 D.R./Info241
Publié le 11 octobre 2019 à 13h40min

Alors qu’un atelier de réflexion sur la violence en milieu scolaire s’est achevé hier à Libreville, le ministre gabonais de l’Intérieur Edgard Anicet Mboumbou Miyakou a déjà dégainé sa solution. Dans un communiqué parvenu hier à la rédaction d’Info241, le ministère annoncé avoir pris un arrêté dès le 1er octobre pour contraindre les débits de boissons installés près des établissements scolaires à se « délocaliser ». Ce, « Dans le cadre de la lutte contre la violence en milieu scolaire ». Pour l’Intérieur donc, la violence scolaire serait en partie due à ces bars bien trop près de ces établissements scolaires !

Pour éradiquer les nombreux cas de violence qui sont légion dans les écoles et collèges du pays, le ministre gabonais de l’Intérieur a trouvé recette. Dans un communiqué, le membre du gouvernement gabonais a donné jusqu’au 31 octobre aux tenanciers de débits de boissons « pour délocaliser leurs commerces ». Le ministre s’appuie en effet sur un décret datant de 2012 fixant les conditions d’ouverture et d’exploitation des débits de boissons.

Des élèves en tenue scolaire dans un débit de boissons

Cette « délocalisation » salutaire voulue par les autorités ne reviendrait-il pas à déplacer le problème plutôt que le résoudre dans le fond ? Pour y arriver, le gouvernement peut recouvrir au rapport sur la question actés lors d’un atelier qui s’est achevé hier. En effet, plusieurs experts du monde de l’éducation se sont penchés durant deux jours à l’initiative du ministère de l’Education nationale et de l’Unicef.

Les participants à cet atelier sur les violences en milieu scolaire

Selon le rapport de ces travaux, les experts se sont donnés cinq ans pour résoudre le phénomène dans notre pays. Période au cours de laquelle seront revus le cadre institutionnel notamment la rédaction de nouveaux textes administratifs, juridiques, pour bien encadrer la question des violences en milieu scolaire. Mais aussi, la prévention, la prise en charge des enfants qu’ils soient acteurs ou victimes. Bref des mesures d’accompagnement susceptible de déloger ce fléau qui gangrène le milieu scolaire.

En attendant que ces mesures soient prises en compte par les autorités, les tenanciers de bars ont un peu plus de deux semaines pour déguerpir des abords des établissements scolaires. Faute de s’exécuter, le ministre de l’Intérieur a déjà prévu de faire intervenir la force publique : « Les Forces de sécurité ont été instruites à cet effet pour l’application stricte de cet arrêté ». Voilà qui se veut clair.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile